Dieccte Guadeloupe
Accueil > Etudes et statistiques > Marché du travail > Bilans annuels > Les politiques de l’emploi en Guadeloupe, à Saint-Martin et Saint-Barthélemy (...)

Les politiques de l’emploi en Guadeloupe, à Saint-Martin et Saint-Barthélemy en 2019

| Publié le 23 octobre 2020 | Dernière mise à jour le 3 novembre 2020
Réduire la taille de caractères Grossir la taille des caractères
Imprimer cette page
Envoyer a un ami
facebook twitter

Le Parcours Emploi Compétence (PEC), dispositif du secteur non marchand et ancien contrat CAE-CUI, a enregistré 616 contrats en Guadeloupe et 28 à Saint-Martin (respectivement 608 et 351 en 2018). La baisse des contrats observée depuis 2017 est liée à la réorientation des politiques publiques en faveur de l’élévation des compétences par la formation. Pour le secteur marchand, Il existe encore un dispositif d’aide à l’emploi, le CUI-CIE (Contrat Initiative Emploi) qui comptabilise 384 contrats dont 2 à Saint-Martin. Concernant l’alternance, en 2019, la Guadeloupe, Saint-Martin et Saint-Barthélemy ont enregistré 1 114 nouveaux contrats d’apprentissage dont 80 dans le secteur public (contre 715 en 2018 dont 75 dans le public). En 2019, sur le territoire de la Guadeloupe et des collectivités de Saint-Martin et de Saint-Barthélemy, le nombre de contrats de professionnalisation a diminué de 7% pour s’établir à 619 contrats dont 191 contrats adultes (26 ans et plus). Ce nombre était en 2018 de 665 dont 193 adultes (chiffres révisés).

L’activité partielle a reculé en 2019 en Guadeloupe de 45% après –70% en 2018. Effet, l’année 2017 avait été marquée par des évènements climatiques qui ont fortement touchés la Guadeloupe et Saint-Martin (ouragans IRMA et MARIA). Les entreprises ont déposés, en 2019, 73 demandes d’activité partielle (200 en 2018) correspondant à un total de 242 992 heures (443 533 en 2018). Le nombre de salariés correspondant s’établit à 835 (1 176 en 2018). L’insertion par l’activité économique (IAE) permet aux personnes les plus éloignées de l’emploi, en raison de difficultés sociales et professionnelles particulières (âge, état de santé, précarité) de bénéficier d’un accompagnement renforcé au sein des Structures d’Insertion par l’Activité Economique (SIAE) qui doit faciliter leur insertion professionnelle. Le nombre de contrats d’insertion dans les structures dites Ateliers Chantiers d’Insertion (ACI) est en progression de 25% sur un an passant de 521 contrats en 2018 à 655 en 2019 pour 18 établissements. Les ETTI totalisent 360 contrats en 2019 (304 contrats en 2018). Les contrats signés dans les Entreprises d’Insertion (EI) sont également en hausse sensible de 60% par rapport à l’année précédente soit 173 contrats enregistrés en 2019 (11 établissements recensés). Le Plan d’Investissement dans les Compétences (PIC) prévoit un ensemble de mesures : - former 1 million de demandeurs d’emploi peu ou pas qualifiés et 1 million de jeunes éloignés du marché du travail. Le Parcours contractualisé d’accompagnement vers l’emploi et l’autonomie (PACEA) est le nouveau cadre contractuel de l’accompagnement des jeunes de moins de 26 ans par les missions locales. La garantie jeune est un droit ouvert qui s’adresse aux jeunes de 16 à moins de 26 ans, en situation de précarité qui ne sont ni en emploi, ni en formation, ni en étude (NEET).

--