Accueil > Etudes et statistiques > Etudes > Travail et relations sociales > Le fonctionnement des CHSCT en Guadeloupe en 2011

Le fonctionnement des CHSCT en Guadeloupe en 2011

| Publié le 15 novembre 2011 | Dernière mise à jour le 26 décembre 2016
Réduire la taille de caractères Grossir la taille des caractères
Imprimer cette page
Envoyer a un ami
facebook twitter

Le fonctionnement des Comités d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail (CHSCT) en Guadeloupe, s’il s’inscrit dans un cadre réglementaire très précis, semble perfectible du point de vue du respect des règles formelles : nombre de réunions annuelles, information des membres du CHSCT, moyens mis à leur disposition…

L’obligation de formation initiale des membres des CHSCT est, par contre, assez bien respectée. Mais, lors du renouvellement des comités, l’obligation de dispenser une nouvelle formation n’est pas suivie dans plus de la moitié des établissements. Il ressort des réponses des enquêtés et de leurs
commentaires qu’il manque souvent un vrai travail d’équipe entre partenaires pour faire avancer la prévention au travers des propositions d’action du CHSCT et de leur réalisation. Le CHSCT n’est pas toujours consulté en cas de projet modifiant fortement les conditions de travail. Ses suggestions ne sont pas non plus toujours très suivies même si les situations peuvent être très variables au sein de chaque entreprise. Parmi les points positifs, on notera que la quasitotalité des établissements a mis en oeuvre la démarche d’évaluat ion des risques professionnels. Enfin, les sujets de préoccupation des CHSCT
sont parfaitement en phase avec les thèmes d’actions des préventeurs institutionnels : Troubles musculo-squelettiques (TMS), risques psychosociaux, bruit,…

Documents à télécharger :

-- --

Légifrance | Mentions légales | Services Publics