Dieccte Guadeloupe
Accueil > Etudes et statistiques > Etudes > Emploi et politiques de l’emploi > L’activité partielle en Guadeloupe : de mars à juin 2020, mobilisation (...)

L’activité partielle en Guadeloupe : de mars à juin 2020, mobilisation exceptionnelle du dispositif

| Publié le 8 juillet 2020
Réduire la taille de caractères Grossir la taille des caractères
Imprimer cette page
Envoyer a un ami
facebook twitter

Entre le 1er mars et le 22 juin 2020, 1 414 500 dossiers d’activité partielle ont été déposés par 1 273 090 établissements pour 13 616 078 salariés au niveau national. Pour la Guadeloupe, 9 260 dossiers d’activité partielle (AP) ont été déposés par 8 339 établissements pour un effectif total concerné de 56 057 salariés du 6 mars au 23 juin. En Guadeloupe, la mise à l’arrêt des activités a été forte depuis fin mars 2020. 75% des salariés du secteur privé (75 326 au T1 2020, source CGSS) « sont entrés dans le dispositif ». C’est davantage qu’au niveau national où 71% des 18 821 891 salariés ont été impactés (Source : Acoss-Stat 18 344 000 salariés hors agriculture au 1er trimestre 2020).

Depuis l’arrivée du coronavirus appelé « Covid-19 » sur le territoire national, l’activité partielle (AP) a été mise en avant par les pouvoirs publics. Elle est fortement mobilisée pour aider les entreprises en difficulté à passer le cap de l’arrêt brutal de l’activité lié au confinement et ses suites (via une prise en charge renforcée de la rémunération des salariés des entreprises impactées : l’Etat et l’UNEDIC prenant en charge 100% de l’indemnisation versée au salarié jusqu’à 4,5 fois le SMIC de mars à mai 2020) et éviter les licenciements économiques massifs. Les entreprises (ou leurs établissements) peuvent ainsi déposer des demandes de prise en charge des salariés pour 6 mois renouvelables. Depuis le décret 2020-325 du mars 2020, cette demande est passée à 12 mois renouvelables dans le cadre dérogatoire et dans l’attente de la mise en œuvre de nouvelles dispositions.

--