Accueil > Etudes et statistiques > Etudes > Emploi et politiques de l’emploi > Dépenses d’emploi, de formation et d’orientation en Guadeloupe en (...)

Dépenses d’emploi, de formation et d’orientation en Guadeloupe en 2015

| Publié le 26 juillet 2018
Réduire la taille de caractères Grossir la taille des caractères
Imprimer cette page
Envoyer a un ami
facebook twitter

Les dépenses d’emploi, de formation et d’orientation professionnelles (Efop) réalisées en Guadeloupe s’élèvent à 900 millions d’euros en 2015, soit 1,0% de l’ensemble des dépenses régionalisées. cette proportion est supérieure au poids de la région dans la population française (0,6%).

L’accueil, l’information, l’accompagnement et l’orientation (14,5% des dépenses hors indemnisation chômage et mesures zonées contre 10,2% au niveau national) ainsi que la formation professionnelle initiale hors alternance (37,0% contre 22,5%) y sont importants, tandis que la formation continue n’en représente que 10,1% (contre 19,6%). l’indemnisation des demandeurs d’emploi est également plus en retrait, avec 37,2% du total des dépenses (contre 49,7% France entière).

En savoir plus :

La loi du 5 mars 2014 a confié au Conseil National de l’Emploi, de la Formation et de l’Orientation Professionnelles (Cnefop) la mission de réaliser un rapport annuel sur l’utilisation des ressources affectées à l’emploi, à la formation et à l’orientation professionnelles (Efop) sur la base des bilans et des analyses effectués préalablement par les Comités Régionaux de l’Emploi, de la Formation et de l’Orientation Professionnelles (Crefop). Dans ce cadre, le Cnefop et la Dares ont travaillé à l’élaboration des « Dépenses nationales et régionales pour l’emploi, la formation et l’orientation professionnelles » pour l’année 2015. L’exercice propose une lecture régionale des dépenses et s’appuie sur des échanges avec les acteurs territoriaux, notamment dans le cadre des Crefop. Le champ d’application des dépenses Efop couvre l’ensemble des interventions publiques au sens large sur le marché du travail, c’est-à-dire qu’il englobe les actions financées par l’État, les collectivités locales, les administrations de sécurité sociale ainsi que les dépenses des entreprises lorsqu’elles sont intermédiées (dépenses effectuées via les organismes paritaires collecteurs agréés et le Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels). Sont exclues les dépenses directes des entreprises, les dépenses des ménages et les dépenses de la fonction publique en matière de formation professionnelle continue. Les mesures générales d’exonération (CICE, pacte de responsabilité, heures supplémentaires, allègements généraux sur les bas salaires) ne sont pas retenues dans le périmètre.

--

Légifrance | Mentions légales | Services Publics